Commérage et diffamation

L’étude sur Satan montre clairement qu’il est dans la diffamation, c’est le caractère typique de Satan.
Celui qui se livre à la diffamation, entre dans le champ de Satan.

Pourquoi diffamer est-il mauvais?

Les potins ne montrent aucune compréhension de l’autre.
Les potins viennent  souvent de la jalousie, ou d’une mauvaise image de soi-même. On bavarde souvent à propos des gens qui ont des habitudes différentes.
Les potins permettent de mettre une personne dans une lumière négative et ne montrent pas de compassion ou de pitié.
Parler en mal de quelqu’un c’est ignorer sa personnalité et ses antécédents, son arrière plan, sa culture. C’est pour cela qu’il est mentionné dans les dix commandements.

Tu ne porteras pas de faux (mensonger, trompeur) témoignage contre ton prochain.   (Exode 20:16)

Les potins mènent leur propre vie et sont souvent issus du mensonge.
Si quelqu’un entend dire quelque chose de négatif sur une autre personne, il va, en général me rapporter à une autre personne. En général les faits sont aggravés, plus tristes, et plus dramatiques.
Quelque chose qui est présenté comme une supposition « je crois savoir … », devient peu à peu plus réel puis devient un fait établi.

Les commérages empêchent les gens d’avoir une première impression.
Quand on rencontre quelqu’un au sujet de qui on a entendu des commérages auparavant, on aura des difficultés à avoir une pensée libre et sans jugement envers cette personne.
La première impression est à l’avance affectée.
Ce qui crée la suspicion et l’autre devra inconsciemment  prouver que c’est faux,  pour éloigner la suspicion.

Les commérages influencent la façon de voir une personne.
Par exemple, pour n’importe quelle raison, monsieur X était ivre.
Il est possible que cela n’était  jamais arriver avant et aussi cela ne se reproduira plus, mais cette seule fois, quelqu’un l’a vu.
Si cette personne va rapporter partout ce qu’elle a vu , à savoir monsieur X ivre, alors il y a de grandes chances que beaucoup de personne vont le considérer comme un alcoolique et que les gens vont l’éviter.

Les commérages amènent la division entre les gens.
Il est clair que, dans le cas proposé ci-dessus, il y a une séparation entre monsieur X et son entourage.
Les commérages sont souvent la source de divisions dans la famille et n’importe quelle assemblée peut se disloquer quand il y a des commérages.

Celui qui commère est un ennemi de Dieu.
Jésus prie son Père:

Je prie … pour ceux qui croiront en moi à travers leur parole, afin que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous pour que le monde croie que tu m’as envoyé.   (Jean 17:20-21)

Ailleurs, Jésus dit:

… celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.   (Matthieu 12:30 / Luc 11:23)

Celui qui commère amène la division et joue le jeu de Satan.

Les commérages divisent.
Le jugement n’est pas réservé aux hommes.
Jésus lui-même dit:

Si quelqu’un entend mes paroles mais n’y croit pas, ce n’est pas moi qui le juge, car je suis venu non pour juger le monde, mais pour le sauver.   (Jean 12:47)

Les potins témoignent du refus de pardonner.
Les Pharisiens sont venus à Jésus avec des potins sur une femme, qui avait été surprise en l’adultère. Ils l’avaient amenée avec eux , et, selon la loi de Moïse elle devait être lapidée, ainsi que l’homme avec qui elle avait commis l’acte.
Mais Jésus dit:

«Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.»   (Jean 8:7)

Et quand tout le monde était parti, sans dire quoique ce soit de plus, il dit à la femme:

«Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y et désormais ne pèche plus.»   (Jean 8:11)

Celui qui commère n’a rien compris à l’amour de Jésus.
Paul écrit:

Qui es-tu pour juger le serviteur d’un autre? Qu’il tienne bon ou qu’il tombe, cela regarde son seigneur. Mais il tiendra bon, car Dieu a le pouvoir de l’affermir.   (Romain 14:4)

Il est faux de porter un jugement sur quelqu’un d’autre, et il est totalement faux de répandre ce jugement personnel autour de soi.

Celui qui répand des commérages, détruit des personnes et détruit des assemblées.
Il détruit aussi le témoignage des assemblées dans le monde, en tant qu’image de Jésus- Christ.

Comment Dieu veut que les gens agissent les uns avec les autres.

Si quelqu’un a fait une faute, Paul averti:

Frères et sœurs, si un homme vient à être surpris en faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le dans un esprit de douceur. Veille sur toi-même, de peur que toi aussi, tu ne sois tenté.   (Galates 6:1)

Celui qui réalise cela parfaitement et accepte cela dans la profondeur de son cœur, et pardonne au nom de Jésus, est indulgent dans la vie.

L’ordre est:

«Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.»   (Luc 10:27)

Dieu fait une promesse formidable.

Esaïe 58:

… si tu éloignes du milieu de toi la contrainte, les gestes menaçants et les paroles mauvaises

si tu partages tes propres ressources avec celui qui a faim, si tu réponds aux besoins de l’opprimé,

ta lumière surgira au milieu des ténèbres et ton obscurité sera pareille à la clarté de midi.

L’Eternel sera constamment ton guide, il répondra à tes besoins dans les endroits arides et il redonnera des forces à tes membres. Tu seras pareil à un jardin bien arrosé, à une source dont l’eau n’arrête jamais de couler.

Grâce à toi, on reconstruira sur d’anciennes ruines, tu relèveras des fondations vieilles de plusieurs générations. On t’appellera réparateur de brèches, restaurateur de sentiers fréquentés.   (Esaïe 58: 9-12)

Vous trouverez plus sur ce sujet dans l’étude: La langue - dans la lettre de Jacques.

 

Télécharger cette étude en PDF:
Commerages et diffamation.